Jane, le renard et moi

Posté le

Titre : Jane, le renard et moi

Auteur : Isabelle Arsenault

Illustratrice : Fanny Britt

Maison d’édition : La Pastèque

Alors qu’elle souffre des insultes que graffite méchamment Geneviève sur les murs et portes de l’école, qu’elle se trouve grosse et moche comme une saucisse, qu’elle s’évade dans la lecture du roman Jane Eyre et qu’elle apprécie tout de même sa solitude, en marchant à travers les rues de son quartier de Montréal, Hélène redoute d’avoir à passer quelques jours en classe d’immersion anglaise au camp du lac Kanawana avec le reste des élèves de sa classe. Sur place, elle fait l’objet d’autres railleries. Or, l’avant dernier soir, assise sur la galerie de sa cabane, un renard la regarde et l’approche. Suzanne hurle alors et la prévient qu’il est certainement enragé, malade et dangereux. Hélène est à nouveau repliée sur elle-même, convaincue que, comme dans son roman, un malheur se cache nécessairement derrière un bonheur naissant. Mais Géraldine vient tout changer et lui apporte la complicité de son amitié sincère.

Dans le titre “Jane, le renard et moi”, Jane provient du roman Jane Eyre écrit par l’une des soeurs Brontë que la personnage principale adore. Le renard provient du petit animal qu’a rencontré Hélène lors de sa classe verte. Finalement, moi provient du personnage principal, Hélène.

Cette bande-dessinée ne comporte pas énormément de texte, mais les illustrations qui prennent souvent les deux pages complètent bien le tout.

L’histoire courte et simple d’Hélène ne contient pas énormément d’éléments, mais ce n’est pas l’histoire qui est le plus important dans cette bande-dessinée. C’est un peu étrange dit ainsi, mais c’est la vérité. En effet, l’histoire commence dans des dessins en noir et blanc pour la simple et bonne raison qu’Hélène est malheureuse. La couleur apparaît dans les passages de Jane Eyre et elle devient permanente à partir du moment où Hélène se fait une amie.

L’imagination d’Hélène envoie l’histoire dans plusieurs directions différentes et occasionne le rire de nombreuses fois.

J’ai lu cette histoire dans un contexte un contexte scolaire et je ne le regrette pas le moins du monde.

 

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.